Chacun de nous est né doté d’un espace intérieur vierge, un espace libre de toute attente et de tout regret, libre d’ambitions et de tracas, libre de peur et d’inquiétude, un espace de grâce. C’est dans cet espace que nous trouvons la paix, l’amour, l’éveil.

Le Bouddha a dit que nous ne sommes pas séparés de l’éveil. Même dans les périodes où nous nous sentons perdu et désespéré, quand notre névrose nous semble beaucoup plus importante que notre sagesse, cet espace de grâce est toujours présent, inaltéré par les nuages qui le recouvrent. La vérité c’est qu’au cœur des périodes difficiles, de la souffrance, nous pouvons entrer en contact avec cet espace ; c’est dans la vulnérabilité que nous trouvons la tendresse de notre Cœur. Il est toujours à notre disposition dans la peine, comme dans la joie.

Je m’aperçois que les périodes sombres de ma vie ont souvent été les plus transformatrices. Elles m’ont poussé vers de grands changements intérieurs, des dépassements de moi-même dont j’avais définitivement besoin.

Se dépasser implique cependant d’avoir l’âme d’une guerrière!

La guerrière s’engage à entrer en relation avec lui-même et avec le monde, s’entraîne à ouvrir son cœur et son esprit et s’exerce à éveiller le courage et l’amour en lui-même.

L’entrainement de la guerrière, ça ressemble à quoi?

[unordered_list style=’circle’]
  • Pratiquer pas à pas, et se rappeler que la seule chose qui vaille la peine d’être enseignée est comment retrouver le chemin de notre centre original, notre Cœur et ensuite d’y rester.
  • Accueillir et accepter toutes les émotions qui émergent. La sagesse se trouve dans nos émotions, notre vulnérabilité. N’essayez pas de changer les choses, ni de vous attacher à la situation. Prenez le temps de vivre les émotions à votre rythme, de respirer, méditer, sentir physiquement vos émotions… Peu importe la méthode, cela prend du temps de transformer des énergies émotionnelles stockées dans nos corps énergétiques avant d’atteindre un état de compassion et de pardon. Par l’écriture, le yoga, la méditation, le mouvement, laissez monter à la surface ce qui a besoin, pour aider la charge d’énergie négative à se relâcher de votre Être. Laissez le temps à ce processus, peu importe que vous ayez besoin de quelques jours ou quelques semaines, laissez-vous le temps, à votre rythme, de retrouver la tranquillité.
  • Rester fort et persévérant. Demandez-vous ce que la situation vous a enseigné ? Je suppose que comme moi, ces expériences vous ont enseigné à être une meilleure personne. Prenez le temps d’être reconnaissant, de remercier la situation, la personne. Ce sont dans les situations douloureuses que l’on apprend le pardon, la compassion.  Dans les difficultés, nous trouvons nos plus grands maîtres, et nous pouvons atteindre un état de maîtrise et de sagesse. Soyez convaincu que vous pouvez tout supporter, nous sommes plus résilients que nous le pensons et nous avons un profond réservoir de force !
  • Soyez votre meilleur coach, réveillez le Boddhisatva en vous, la guerrière compatissante! Reconnaissez vos meilleures qualités et offrez-vous des pensées et paroles de bienveillance et de bonté. Développez un réel désir de faire de votre mieux, en toute circonstance, et entraînez votre esprit, votre cerveau à générer une voix intérieure douce, aimante et encourageante. Revenez toujours à cette intention de compassion à votre égard, pas à pas, dans la peur, la colère ou la confusion ; et entrer en contact avec votre capacité à aimer, inconditionnellement.
[/unordered_list]

Corinne

féminité en conscience

Joignez notre communauté.

Perles de sagesse féminine. Directement dans votre boite.

You have Successfully Subscribed!