Dans cette période de distance sociale, la situation semble nous demander de se retirer de notre ancien mode de vie, pour la majorité d’entre nous en tout cas.

Je sens qu’à un niveau plus profond, il y a un appel à revenir vers l’intérieur et à laisser aller l’ancien. On est appelé à ralentir, à revenir dans notre cocon, un peu comme la chenille avant de devenir papillon.

 

C’est le cadeau de cette période. Nous en avions besoin dans la société depuis longtemps, il y avait un appel, la terre nous l’a montré. Nous étions tellement distraits, remplissant nos listes de tâches et nos horaires, parcourant le monde et côtoyant diverses personnes si souvent.

 

C’est l’occasion de réfléchir. Pour vider nos horaires. Être avec nous-mêmes. Prendre le temps d’écouter profondément. Et relâcher la course à la productivité, laisser aller nos agendas trop chargés.

 

Alors que depuis des années je parle du retour nécessaire du féminin sacré, on nous demande en ce moment, à tous, d’arrêter nos vies, de travailler à la maison et d’annuler nos plans.

 

Ce sont des qualités du Féminin qui émergent en ce moment. Alors comment en profiter pour les installer en nous-même également.

Le Féminin est relié à l’être, la lenteur, l’écoute, le RESSENTI, le corps, l’accueil, recevoir les messages, s’abandonner à ce qui est caché à l’intérieur, l’inconnu, le mystère de tout ce qui n’est pas visible, ce qui est préalable à la vie extérieure, nos émotions, notre subconscient.

 

Pour y accéder, on a besoin d’espace, de vide, de temps et aussi l’intention d’aller chercher cette sagesse en nous-même. Elle est discrète, elle nous attend. Elle n’est pas extériorisée et projetée sur le devant de la scène comme la plupart des choses dans notre société.

Elle se vit à l’intérieur dans le calme.

 

Pendant longtemps, notre culture a mis l’accent et la glorification sur la productivité, malgré la diminution des ressources de notre planète, malgré l’abattage des forêts et les mauvais traitements infligés aux animaux.

 

Maintenant, il est temps de se poser les questions essentielles, que faisions-nous ? quelles sont nos priorités ?

Quand on fait face à l’adversité, ce n’est pas tant ce qui arrive qui compte mais notre façon de le gérer, notre propre façon d’y faire face – la résistance, le deuil et la renaissance.

 

Notre façon de réunir nos forces, de regarder les choses avec honnêteté et souplesse pour s’ouvrir à l’expérience qui nous est donné.

 

Je vous invite à vous demander : de quoi jai besoin ? Où je veux mettre mon énergie et mes ressources dorénavant ?

 

Voici 7 invitations pour saisir les cadeaux de ces temps uniques que nous vivons

 

 

  • Incarner le féminin

 

Alors que nous baignons dans l’incertitude et l’inquiétude, il peut devenir difficile de se détacher des actualités, des médias sociaux, ou de ne pas se plonger dans la distraction avec tout ce qui est offert sur internet.

 

Et si vous vous offriez le cadeau de ralentir?

 

Et si vous vous laissiez aller au fond de ce que vous ressentez?

 

Et si vous vous laissiez vous ennuyer?

 

Car dans les espaces ‘vides’ se trouve une créativité sans fin.

 

Cela me rappelle les retraites de méditation en silence auxquelles j’ai assisté. Lorsqu’on se retire du monde extérieur pour se mettre à l’écoute.

Pour simplifier et épurer nos vies.

Pour se réaligner à l’Essentiel, notre corps, nous-même, nos désirs et nos peines.

Pour se relier à plus grand que nous, au collectif, au mystère, au Sacré.

 

Aujourd’hui, nous en avons l’opportunité, est-ce que vous allez saisir cette chance de ralentir, de se tourner vers l’intérieur et honorer l’Essence de votre Féminin ? ou bien vous laisserez-vous happer par la distraction ou la productivité en ligne ?

 

 

  • Simplifier et laisser aller

 

Lorsque l’agenda est rempli, que les rôles et responsabilités s’accumulent, nous nous retrouvons la plupart du temps en mode « pilote automatique ». Il y a peu de place en nous pour penser clairement, ressentir, s’ouvrir à nos émotions. La connexion à nos besoins profonds devient floue.

 

La crise actuelle nous a obligé à annuler des activités et projets, qui parfois nous tenaient à cœur. Après avoir digéré le deuil, nous pouvons accueillir cette opportunité à alléger nos agendas, laisser aller le superflu et les demandes auxquelles on avait pris l’habitude de dire OUI sans se respecter vraiment.

 

Alors il est possible de se demander :

À quoi vous vous accrochiez et qui n’est pas essentiel ?

Qu’est-ce que vous pouvez vous permettre de laisser aller, de déléguer aujourd’hui?

Comment pouvez-vous fractionner vos journées avec du temps pour être simplement ?

 

Voici quelques actions que j’ai prises pour simplifier ma vie en ce moment:

 

  • Je me suis engagée à au moins 20 minutes de méditation le matin
  • J’ai désactivé les notifications des médias sociaux sur mon téléphone
  • Je fais des promenades tous les jours autour de chez moi et je suis pleinement présente avec ce qui m’entoure
  • Je crée de l’espace pour des projets artistiques et créatifs

 

Si vous avez le privilège d’être en bonne santé, d’avoir un toit et de la nourriture, cela peut aussi être un bon moment pour voir comment vous pouvez aider les autres.

 

Comment pouvez-vous être au service de ceux qui sont dans le besoin ?

 

 

  • Installer la sécurité en nous

 

Où aviez-vous placé votre sécurité ? Dans votre mari, votre argent, vos biens matériels, votre assurance vie ? Tout ceci est créé et peut disparaître à n’importe quel moment. C’est la loi naturelle de la vie.

 

Tout est impermanent sur le plan matériel. À la fin de notre vie, nous n’emmenons rien avec nous – la maison, la voiture, le plan épargne, notre famille. Nous devons laisser aller ce qui donnait l’apparence d’une stabilité.

Sur quoi avez-vous placé votre sens de sécurité ?

 

Lorsque les circonstances de vie changent, comme aujourd’hui, nous pouvons nous repositionner pour retrouver un sens de stabilité intérieure.

 

Grâce aux pratiques spirituelles, j’ai découvert en moi un sentiment de sécurité plus profond. Dans mon souffle. Dans la communion avec mon centre féminin. Dans la guidance de mon cœur.

 

Votre relation à votre propre corps et à la force directrice qui émerge de lui. La relation à l’énergie subtile qui vous anime, que certains appellent le Qi ou le divin. L’amour pour vous-même. Ce sont là des choses que personne ne peut vous enlever, et avec lesquels vous pouvez sans crainte installer une relation de sécurité!

 

 

  • Réaffirmer nos limites, nos frontières

 

Avec le lâcher prise, cette période nous donne l’opportunité de replacer nos besoins et nos relations à la bonne place.

 

J’ai observé à quel point les normes sociales nous poussent souvent à avoir des comportements inconscients pour y répondre et rester dans la « norme » environnante.

 

Mais ces normes nous correspondent-elles vraiment ?

 

Par exemple, dans la communauté où j’habite, l’habitude de saluer les gens en donnant un câlin est très répandue. Si je suis totalement honnête avec moi-même, ce n’est souvent pas aligné avec mon énergie. Je ne me sens pas confortable avec cette norme et pourtant elle s’est installée comme une habitude dans nos vies. Cette période me permet de réaliser où j’ai laissé des frontières floues et de les réaffirmer pour me respecter.

 

De la même façon, cela apparaît être un bon moment pour communiquer avec mes amies ou ma famille lorsque ce n’est pas le bon moment pour moi pour les voir ou échanger.

 

La distance sociale nous donne l’espace nécessaire afin de sortir des habitudes sociales pour se réaligner avec notre intégrité propre.

 

Qu’est-ce qui faisait parti de vos habitudes et qui vous irritait au fond ?

 

À quoi vous pouvez-vous dire NON et qui vous apporte de la détente ?

Où pouvez-vous réaffirmer vos frontières ?

 

Dans nos relations, le consentement est très important, et cela fonctionne dans les 2 sens. Il est important d’exprimer nos limites, avec bienveillance, et aussi de recevoir les souhaits et limites des autres avec ouverture et sans le prendre personnellement.

 

 

  • Faire face aux peurs

 

Beaucoup d’entre nous vivent des phases de peur et de doutes en ce moment. Comme dans toute initiation, la peur est l’émotion fondamentale à laquelle nous devons faire face et pourtant la plus difficile à surmonter.

Il y a beaucoup de choses pour lesquels nous sommes impuissantes dans cette pandémie. Mais là où pouvons agir est sur la façon de naviguer nos émotions.

Ce qui nous paralyse de peur est souvent notre besoin de contrôler une situation. Or la plupart du temps, nous n’avons aucun contrôle sur les circonstances. Cependant, nous pouvons accueillir ce que cela nous fait vivre et en changer notre perception.

 

Ainsi, au lieu d’avoir peur de nos peurs, comment pouvons-nous les accueillir et les ressentir ?

Pouvons-nous cultiver l’acceptation en remettant nos peurs à une force d’amour plus grande que nous ?

 

Faire face à nos peurs nous permet de les diminuer, en retrouvant un espace intérieur libre. En effet, lorsque nous sommes prêtes à marcher vers la peur au lieu de fuir, nous commençons à reprendre notre pouvoir.

 

 

  • Faire grandir la gratitude et cultiver la Beauté

 

L’une des façons les plus simples de changer notre état d’esprit et ainsi d’élever notre champ d’énergie est de se souvenir de ce que nous avons et de ce pourquoi nous sommes reconnaissante.

 

Dernièrement, je me sens reconnaissante pour les choses simples de mon quotidien : avoir une maison et suffisamment de nourriture, pouvoir me promener dehors et respirer, admirer l’éclosion du printemps dans la nature.

 

Beaucoup de gens n’ont pas ces choses.

 

L’esprit humain est tellement conditionné à se concentrer sur le négatif que nous devons rassembler tout notre courage pour changer ce biais et voir ce que nous avons au travers de l’adversité.

 

Qu’est-ce qui vous apporte un sourire en ce moment ? Quoi ou qui pouvez-vous remercier ?

 

Nous avons toujours le pouvoir de changer notre état d’esprit. Prenez le temps de faire une liste de ce qui vous rend heureuse, vous apporte du réconfort, réchauffe votre cœur. Gardez cette liste pour y revenir lorsque vous vous sentez anxieuse ou découragée.

 

La gratitude est une pratique, elle nous entraine à faire fleurir les qualités du cœur et cultiver la beauté dans toutes les circonstances.

 

 

  • Être une lanterne pour le monde

 

La qualité de notre énergie est très liée à la santé de notre système nerveux. En ce moment, nous sommes souvent surchargées d’actualités et d’informations et il est essentiel de s’observer pour prendre soin de notre énergie, non seulement pour nous-même mais pour notre entourage et au niveau collectif.

Nous pouvons être des lanternes émettrices d’énergie pour ce monde. Réguler notre système nerveux est une hygiène nécessaire, même si nous n’avons pas été éduquée dans ce sens.

 

La première démarche à avoir est de choisir ce que nous laissons entrer en nous. La deuxième étape est de pratiquer des exercices énergétiques pour nettoyer notre énergie, relâcher les énergies lourdes accumulées, surtout si comme moi, vous êtes sensible et empathique.

 

Comment pouvez-vous réguler le temps passé sur les médias sociaux ? Quels choix pouvez-vous faire pour sélectionner la qualité d’informations que vous regardez ?

 

Plus que jamais, nous sommes mises face au défi de prendre soin de nous-même. Pourtant plus que jamais le monde a besoin de notre lumière pour s’élever au dessus de la peur collective.

 

Je nous souhaite de relever ce défi et de devenir des lanternes pour le monde.

 

Avec tendresse,

Corinne xo

Joignez notre communauté.

Perles de sagesse féminine. Directement dans votre boite.

You have Successfully Subscribed!